La place dans les Humanités Digitales – Commentaire

Le billet “The place in the Digital Humanities” du 8 Juin 2012 (revue du livre Non-lieux de Marc Augé) me semble intéressant et je vous donnerai mon opinion, non pas exclusivement depuis la perspective des communautés des humanités numériques et de leurs lieux de vie et de travail mais depuis mon expérience générale des communautés numériques et physiques.

Les lieux des communautés numériques ne me semblent pas des non-lieux, car, si l’on s’en tient à la définition de Marc Augé, ces espaces ont bien des histoires (encore à écrire et raconter) et des identités et ont même réinventé la notion d’identité me semble-t-il en lui donnant beaucoup plus de complexité et à la fois d’ouverture.

Les relations numériques, comme le note notamment Casilli, permettent de créer de nouveaux types de relations sociales qui n’existent pas encore ou ne peuvent exister dans l’espace physique. Par ailleurs, les espaces des communautés numériques autorisent une articulation individu/collectif particulièrement intéressante : l’identité des communautés numériques est certainement une identité ad minima, fondée sur la mise en commun d’un intérêt avec lequel chaque individu est libre d’entretenir des relations plus ou moins intenses. La possibilité de se désengager à tout moment est aussi intéressante. Ce collectif est un collectif fondé sur la rencontre d’individus autour d’un objet, pas sur un projet politique du collectif porté par une entité censée dépassée l’individu.

Dans cette perspective, identité et histoire existent bien dans les espaces des communautés numériques mais sont différents.

Espaces numériques des communautés et espaces physiques ne me semblent pas non plus déconnectés. Les personnes d’une communauté virtuelles se rencontrent parfois. Mais c’est certainement le déplacement des logiques notamment de contribution, des modes de travail, etc. inventés dans les espaces numériques vers les espaces physiques qui montre à quel point ces deux espaces s’interpénètrent. Par ailleurs, l’intégration du numérique dans l’espace physique et la disparition des supports au profit d’un numérique intégré dans l’environnement physique amoindrira certainement cette sensation de perte ou d’absence de réalité que transmettent parfois les espaces numériques.

Pour faire lieu ou non lieu, la gestion de l’espace où l’on est me semble importante. Cette question relevée par Marc Augé traverse aussi le sujet du Commun en général, car à l’image des Non-lieux qui sont à la fois espaces et relations sociales, le Commun est régime de propriété et mode de gestion et donc de relations sociales.

Le point qui pourrait aider à penser ce qu’est le lieu et le non-lieu numérique pourrait être ce point critique que l’on peut résumer par cette question “qui pense, conçoit et gère le lieu?”. Ceci pose la question de la représentation ou de la disponibilité de la technologie en fonction de ce qu’elle permet ou interdit, prescrit ou rend difficile d’accès, etc.

Pour terminer et à titre d’illustration, un élément certainement significatif est la métaphore de l’habitat qui est employée pour parler d’une présence individuelle dans un espace numérique. Le réseau social alternatif N-1 de Lorea parle, depuis ses débuts et en opposition aux non-lieux que représenteraient des interfaces propriétaires comme Facebook, des habitants de ce lieu. Les habitants ont tout loisir de modeler leurs espaces de vie. Sur Hypothèses, la même métaphore est redécouverte et utilisée par les carnetiers qui ont créé des Espaces réflexifs. Le carnet est une maison ou une villa, que, mensuellement, de nouveaux locataires investissent et redécorent tout en laissant les traces des locataires antérieurs. Ce projet, comme son nom l’indique, est une réflexion sur l’activité d’écrire et notamment d’écrire dans un carnet de recherche. C’est donc une réflexion sur le faire mais aussi sur l’espace, me semble-t-il.

Dans le cas d’Hypothèses, la technologie choisie est ouverte. Les logiciels que nous utilisons sont Open source. Le blog est une technologie d’écriture et de lecture extrêmement malléable. La conversation permanente entre communauté et équipe permet de modeler techniquement la plateforme selon des usages existants dans la communauté. Appartenir à la communauté des carnetiers propose un trait identitaire de plus à l’individu qui s’y aventure et qu’il peut partager. Néanmoins les outils communautaires proposés n’impliquent pas du tout que l’ensemble des individus s’investissent de la même façon. Les projets et les usages enfin sont à tels points différents qu’il se peut même que l’expérience soit pour certains l’expérience d’un lieu et pour d’autres d’un non-lieu.

Pour terminer, je pense que la maturité des usages provenant de l’expérience est un facteur particulièrement important pour se sentir à l’aise dans les espaces numériques et pour les “vivre” comme des lieux.

Frédérique Muscinesi

Hypotheses.orgCléo/OpenEdition.org


Guido Koller

Senior Historian, Swiss Federal Archives, CH-3003 Berne, Switzerland

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

One thought on “La place dans les Humanités Digitales – Commentaire

  1. Pingback: Le carnet de recherche comme pratique de chercheur.se.s – Un billet prévu prenant une direction imprévue. | L'infusoir

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *